Recherche

Qu’est-ce que la révolution numérique fait à la ville ? Hors de toute régulation politique, plateformes, données et algorithmes bouleversent les pratiques spatiales et collectives. Un nouveau livre de la collection Puf/Vie des idées enquête sur les implications urbaines des applications.

Gouverner la ville numérique. Puf/Vie des idées, août 2019, 9, 50 €. Ouvrage coordonné par Antoine Courmont, politiste et responsable scientifique de la chaire « Villes et numérique », et Patrick Le Galès, directeur de recherche CNRS et doyen de l’École urbaine de Sciences Po, tous deux au Centre d’études européennes et de politique comparée de Sciences Po.

Ont contribué à cet ouvrage : Thomas Aguilera, Francesca Artioli, Bilel Benbouzid, Dominique Cardon, Claire Colomb, Maxime Crépel, Brice Laurent, David Pontille et Félix Talvard.

Big data, blockchain, intelligence artificielle, smart city, plateformes, algorithmes, digital labor : sous l’effet du numérique, les villes font face à des transformations dont on mesure encore mal l’ampleur. En moins d’une dizaine d’années, des plateformes telles qu’Airbnb, Uber ou Waze ont bouleversé les pratiques et les espaces urbains hors de toute régulation politique. Les données, ressources stratégiques majeures, et les algorithmes, à la logique souvent opaque, sont utilisés par les acteurs publics comme privés pour optimiser le fonctionnement urbain.

Pour les uns, ce phénomène est un vecteur de progrès majeur. Il permet de rendre le monde plus efficient, de proposer de nouveaux services, de relancer la croissance économique. Pour les autres, le numérique est un risque pour nos sociétés. Il renforce la précarisation des individus, la surveillance généralisée, la privatisation des services, la technocratisation des gouvernements.

Opposées, ces positions ont pourtant pour origine un postulat similaire : un déterminisme technologique assignerait une direction univoque à l’émergence des technologies de l’information et de la communication. Mais la « révolution numérique », « l’ubérisation » ou la « disruption » sont des processus souvent exagérés. À partir d’enquêtes empiriques et pluridisciplinaires sur les algorithmes, les plateformes et les expérimentations, ce livre montre les défis auxquels sont confrontées les autorités publiques qui gouvernent la ville numérique.

Pour compléter cette enquête sur les implications sociales du numérique, le prochain livre de la collection, dirigé par Sarah Abdelnour et Dominique Méda, à paraître en septembre, portera sur les nouveaux travailleurs des applis.

Table des matières

- Villes, gouvernance et numérique, par Antoine Courmont et Patrick le Galès

- Les villes contre Airbnb. Locations meublées de courte durée, plateformes numériques et gouvernance urbaine, par Thomas Aguilera, Francesca Artioli, Claire Colomb

- La politique des expérimentations urbaines. Innovation technologique et transformations des villes à Singapour et San Francisco, par Brice Laurent, David Pontille, Félix Talvard

- La police prédictive : technologie gestionnaire de gouvernement, par Bilel Benbouzid

- Les algorithmes et la régulation des territoires, par Dominique Cardon & Maxime Crépel

- Bibliographie sélective.

Aller plus loin

- Séminaire de présentation du livre le vendredi 13 septembre, séminaire de recherche Transnum à Sciences Po.

- Une rencontre-débat avec Patrick Le Galès et Antoine Courmont sera organisée à la librairie le Genre Urbain, 60 rue de Belleville, 75020 Paris, le mardi 17 septembre à 20h.

- Petit déjeuner de lancement du livre à Sciences Po, salle Goguel le vendredi 11 octobre à 8h du matin.

Pour citer cet article :

Antoine Courmont & Patrick Le Galès, « Gouverner la ville numérique », La Vie des idées , 28 août 2019. ISSN : 2105-3030. URL : http://www.laviedesidees.fr/Gouverner-la-ville-numerique.html

Nota bene :

Si vous souhaitez critiquer ou développer cet article, vous êtes invité à proposer un texte au comité de rédaction (redaction chez laviedesidees.fr). Nous vous répondrons dans les meilleurs délais.

par Antoine Courmont & Patrick Le Galès , le 28 août