Recherche

La collection Politique

Dans la collection PUF/Vie des idées

Les politiques de l’ignorance


Dirigé par Soraya Boudia & Emmanuel Henry , le 16 mars



Ce nouveau livre de la collection Puf/Vie des idées explore les dimensions sociales et politiques de l’ignorance. Il révèle le rôle déterminant de l’ignorance dans la reproduction des inégalités sociales, de genre ou ethno-raciales et montre comment son omniprésence légitime l’inaction publique.

Soraya Boudia, Emmanuel Henry, dir., Politiques de l’ignorance, 101 p., 9,50 €. Ont participé à cet ouvrage Nathalie Bajos, Henri Boullier, Émilie Counil, Malcom Ferdinand, David J. Hess, Nathalie Jas, Ilana Löwy et Baptiste Monsaingeon.

La notion d’ignorance est au cœur de nombreux débats médiatiques et scientifiques. Du changement climatique aux risques sanitaires et environnementaux en passant évidemment par la crise du Covid, elle irrigue les discussions autour du complotisme, des fake news ou de la remise en cause de la science et de l’expertise.
Alors que cette question a particulièrement été abordée sous l’angle des comportements individuels ou des stratégies de production, de circulation et de dissimulation des connaissances scientifiques, l’ouvrage explore ses dimensions sociales et politiques. Il montre que l’ignorance n’est pas une question cantonnée aux seuls enjeux de production, circulation et appropriation de connaissances, mais qu’elle résulte de différents types d’inégalités sociales (notamment économiques, de genre ou de race) qu’elle contribue à renforcer, obère la capacité à débattre publiquement de certains enjeux en démocratie et contribue à rendre difficile la prise en charge de problèmes prioritaires pour nos sociétés, compromettant ainsi leur avenir et celui des générations futures.

Politiques de l’ignorance utilise l’ignorance comme un analyseur de phénomènes sociaux et politiques permettant d’explorer et de rendre compte des inégalités qui structurent les sociétés contemporaines et leurs effets massifs et durables. Dans cette perspective, les deux premiers chapitres s’intéressent aux mécanismes structurels de la production de l’ignorance. Dans le premier, David Hess dresse un panorama de la littérature centrée sur la notion de science non faite (undone science), caractérisant les formes d’ignorance posant particulièrement problème dans le cas de mobilisations et de mouvements d’action collective. Henri Boullier et Emmanuel Henry montrent que, dans le domaine de la régulation des produits chimiques, les mécanismes de production d’ignorance sont liés aux règles mêmes du recours à l’expertise et aux types de connaissances utilisés par les experts, d’ailleurs souvent produites par l’industrie.

Deux autres chapitres explorent différentes configurations de l’ignorance dans la production d’inégalités de genre et ethno-raciales. Ainsi, Ilana Löwy montre comment les inégalités hommes-femmes structurent le développement des connaissances concernant les corps, ceux des femmes étant délaissés par une science pendant longtemps restée une science masculine, productrice de différentes formes d’ignorance. Nathalie Bajos et Émilie Counil montrent ensuite comment l’épidémie de la Covid-19 relève brutalement un ensemble d’inégalités sociales en général et de santé en particulier pointant des formes d’ignorance rendues invisibles par la stabilité des rapports sociaux et l’intériorisation des inégalités qui les caractérisent.

Enfin, l’ouvrage apporte un éclairage original sur les effets de la production et de l’entretien de l’ignorance sur l’action publique et plus particulièrement sur les formes induites d’inaction publique et de non-décision. Dans le cas du chlordécone aux Antilles, Malcom Ferdinand et Nathalie Jas montrent comment les inégalités nord-sud et les héritages esclavagistes et coloniaux ont durablement structuré l’action publique dans le domaine de la santé au travail et de la santé environnementale conduisant à autoriser un produit que l’on savait extrêmement toxique et persistant après son interdiction dans tous les autres territoires. Dans une perspective différente, Soraya Boudia et Baptiste Monsaingeon, en étudiant le recyclage des déchets dans le cadre de ce qui est désormais qualifié de transition énergétique et d’économie circulaire, montrent comment l’ignorance peut être aussi reproduite et perpétuée par le renouvellement régulier des cadrages et des paradigmes de gouvernement forgés pour répondre à des situations d’ignorance, contribuant à construire l’occultation et l’aggravation du problème.

Pour citer cet article :

Soraya Boudia & Emmanuel Henry, « Les politiques de l’ignorance », La Vie des idées , 16 mars 2022. ISSN : 2105-3030. URL : https://laviedesidees.fr/Les-politiques-de-l-ignorance.html

Nota bene :

Si vous souhaitez critiquer ou développer cet article, vous êtes invité à proposer un texte au comité de rédaction (redaction chez laviedesidees.fr). Nous vous répondrons dans les meilleurs délais.

par Soraya Boudia & Emmanuel Henry , le 16 mars

Nos partenaires


© laviedesidees.fr - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction - Mentions légales - webdesign : Abel Poucet